Les anciens conseillers d'Etat donnent leur avis sur le nombre d'élus au gouvernement

Un Conseil d'Etat à 5 ou à 7? Elu à la proportionnelle ou selon le système majoritaire? Huit anciens conseillers d'Etat valaisans donnent leur avis sur la réforme que le Valais s'apprête à vivre.

04 mars 2015, 06:30
L'Etat du Valais va se trouver dans une situation financière difficile à la fin de l'année.

Tous les anciens conseillers d’Etat sont donc pour le maintien d’un Conseil d’Etat à 5, sauf Wilhelm Schnyder qui milite pour un passage à 7 et Raymond Deferr qui avoue avoir vu son opinion évoluer sur cette question, glissant de la formule à 5 à… un doute.

Le système électoral divise les anciens magistrats selon une ligne parfaitement partisane. Sur ce point, les élus PDC accusent les anciens minoritaires de faire de la politique politicienne en voulant passer au système proportionnel, alors que Peter Bodenmann a une analyse très tactique: «L’UDC, le PS et le PLR ont intérêt à passer à la proportionnelle. La majorité du PDC au Conseil d’Etat serait abolie. La politique est toujours une question d’intérêt! Si tous réfléchissent de manière rationnelle, ils devraient être favorables à la proportionnelle. C’est un test d’intelligence pour ceux qui étaient minoritaires dans le passé. Ce serait là un grand changement pour le Valais. Après avoir été dominé pendant 150 ans par un parti, nous sommes arrivés à un point de rupture.»

Le peuple votera

Après les débats de la première lecture, le Grand Conseil avait opté pour un Conseil d’Etat composé de 5 membres élus au système proportionnel. La commission de deuxième lecture, présidée par la députée libérale-radicale Laetitia Massy mais à majorité PDC, s’est montrée favorable à un Conseil d'Etat à 7 élus au système majoritaire.

Le Grand Conseil se déterminera sur ces propositions lors de sa session de mars qui débute lundi prochain. Le peuple tranchera en répondant à trois questions en juin. La nouvelle formule entrera en vigueur pour les prochaines élections cantonales de 2017.

Les anciens conseillers d'Etat Wihlehm Schnyder, Bernard Bornet, Raymond Deferr, Serge Sierro, Claude Roch, Bernard Comby, Peter Bodenmann et Thomas Gsponer présentent leur analyse dans les éditions payantes du Nouvelliste du jour.