Le Valais favorable à la fin rapide des mesures Covid, mais pour le maintien du port du masque

Pour autant qu’une nouvelle flambée ne survienne pas d’ici à la mi-février, le Conseil d’Etat valaisan souhaite que le certificat Covid soit abandonné dès le 17 février prochain. Il souhaite le maintien du port du masque obligatoire quelques semaines encore.

09 févr. 2022, 12:31
Le Conseil d'Etat valaisan est d'avis qu'on peut laisser tomber les certificat Covid dès le 17 février.

Le Conseil d’Etat valaisan est favorable à la variante 1 proposée par le Conseil fédéral pour la levée des mesures Covid. Il s’agit de la variante proposant un retour à la normale le plus rapide, soit dès le 17 février déjà.

A lire aussi: Covid: fin du certificat et du port du masque, les deux variantes du Conseil fédéral

Pour un retour à la normale rapide

A ce moment-là, on en aurait fini avec le certificat Covid pour aller au restaurant, au café, au cinéma ou à un concert. Il n’y aurait plus de restrictions pour les rencontres privées. Les organisateurs de grandes manifestations ne seraient plus tenus de demander une autorisation spéciale.

Le Conseil d’Etat est aussi d’avis que l’on peut laisser tomber les tests répétés dans les écoles dès la fin mars. Cette mesure «n’est plus raisonnable» à l’heure actuelle.

Dans sa réponse à la consultation lancée par le Conseil fédéral, l’exécutif cantonal valaisan lie le rythme de cette levée des mesures à la situation sanitaire. Le nombre de cas et d’hospitalisations ne doit pas repartir à la hausse d’ici à la mi-février.

Pour le maintien du port du masque

Le Conseil d’Etat n’est par contre pas pressé de laisser tomber le masque sanitaire. Il estime qu’on peut le garder «quelques semaines encore», notamment dans les institutions sanitaires, dans les transports publics, dans les magasins, ainsi que dans les services étatiques.

Pour les mesures d’isolement

Le Valais souhaite toutefois que les personnes atteintes par le Covid restent toujours isolées et que les cas positifs soient annoncés aux autorités, ne serait-ce que pour connaître l’état de la pandémie.

Le Conseil fédéral a aussi demandé aux cantons de se prononcer sur la prise en charge des nouveaux médicaments oraux permettant de soigner les malades atteints par le Covid. Le Conseil d’Etat valaisan demande que la Confédération les paie pour l’instant.

Décision le 16 février

Les cantons avaient jusqu’à ce mercredi 9 février pour répondre à la consultation. Le Conseil fédéral donnera sa position le 16 février.

par Jean-Yves Gabbud