Le passé médical des patients informatisé

Les données médicales des patients valaisans seront rassemblées dans un dossier électronique, consultable par les hôpitaux, les EMS, CMS, les médecins traitants et, à plus long terme, par les patients eux-mêmes. La protection des données est garantie, affirment les concepteurs du projet.
10 oct. 2013, 14:42
Le Dr Alexandre Gnaegi, chef du projet Informed, est persuadé de la pertinence de ce nouveau système informatisé des patients.

Tous les patients valaisans auront bientôt leur dossier médical déposé sur une plateforme électronique, qui pourra être accessible par les hôpitaux, les EMS, CMS et les médecins traitants. Le tout avec le consentement écrit des patients. « Nous sommes très attentifs à la protection des données », a assuré le Dr Alexandre Gnaegi, chef de ce projet appelé «Infomed» lors de sa présentation ce jeudi à la presse.

Ainsi, ce système, qui a obtenu le label « e-Health », a-t-il passé haut la main un audit de sécurité. «Il a été impossible de s’introduire dans le système, de casser les barrières de protection », ajoute le Dr Gnaegi.

Traçabilité assurée

A noter encore que, du point de vue confidentialité, l’accès aux dossiers médicaux des patients par les professionnels de la santé ne peut se faire que grâce à une carte délivrée par leur association professionnelle. « Nous avons une traçabilité de tout ce qui se passe dans les dossiers. Nous savons qui a regardé quoi, quand, etc. Ce qui garantit encore la sécurité », précise Victor Fournier, chef du service de la santé publique.

Pour éviter les erreurs médicales

Un projet dont le principal objectif est d’améliorer la qualité des soins et de diminuer les erreurs médicales, particulièrement lorsqu’une personne est hospitalisée en urgence. « C’est tout à son avantage que le médecin qui la traite sache qu’elle est allergique à tel ou tel produit, ou ses antécédents médicaux » précise le Dr Gnaegi. Fait rassurant pour les patients encore, les assureurs-maladie sont exclus du système.

Le projet Informed a déjà commencé à se mettre en place depuis quelques mois. Les deux premières phases sont en place : il s’agit de l’informatisation de données des hôpitaux vers les cabinets (lettres de sortie d’hospitalisation, résumé de consultation, résumé de laboratoire, rapport d’examen radiologique...), et de l’informatisation des données entre partenaires médicaux.

Censure possible des patients

La troisième phase va démarrer ces prochaines semaines, soit l’accès aux données médicales par les médecins. « Pour cette phase-là, nous aurons besoin du consentement du patient », précise le Dr Gnaegi. Seront ensuite intégrés les pharmaciens. Enfin, en dernière phase, les patients eux-mêmes pourront avoir accès à leur dossier  au moyen d'accès autorisé sur ce portail internet. « Ils pourront donc gérer leur dossier. S’ils ne veulent pas que tel ou tel renseignement soit inscrit, cet élément sera supprimé », explique encore le chef d’Infomed.

Le coût de ce projet se monte à 2,6 millions de francs, financés par l’Etat du Valais. Les frais d’exploitation s’élèvent à 750 000 francs par an, financés durant les deux premières années par l’Etat, puis par tous les partenaires.