Le Parlement des jeunes se choisit deux coprésidents

Guillaume Amos et Sylvain Robatel entendent développer les activités de l’organisation par des ateliers et des débats. Leurs thématiques phares seront l’énergie et la relance économique après le Covid.

05 juil. 2020, 10:00
Guillaume Amos et Sylvain Robatel, nouveaux coprésidents du Parlement des jeunes.

Ils sont meilleurs amis, membres du comité des jeunes PLR valaisans: Guillaume Amos et Sylvain Robatel sont les nouveaux coprésidents du Parlement des jeunes. Agés de 20 et 21 ans, ils entendent développer les activités de l’organisation au-delà de la traditionnelle session parlementaire du mois de mars avec des ateliers et des débats. «Notre but est de conscientiser les jeunes au rôle social de chacun», explique Guillaume Amos. «Dans notre parcours scolaire, on nous explique comment se passe une votation, mais jamais pourquoi il faut le faire. Nous devons les sensibiliser à leurs responsabilités.»

C’est aussi ce sens de la responsabilité individuelle qui leur a fait choisir le PLR. Ou parce que, comme dans le cas de Sylvain Robatel, son père était conseiller municipal PLR à Saint-Maurice.

Pour Guillaume Amos, l’un des thèmes phares du Parlement des jeunes devrait être l’énergie. «C’est une question importante pour l’avenir de notre canton», estime-t-il. Tandis que Sylvain Robatel souhaite s’intéresser à la relance économique, notamment dans le secteur du tourisme, après la crise du Covid.

«Il est bon que le Parlement des jeunes se penche en priorité sur des thématiques cantonales puisque c’est auprès du Grand Conseil valaisan que nous pouvons faire passer nos idées», dit-il. «Nous voulons essayer de faire des propositions concrètes, de donner une voix plus claire aux jeunes, pour éviter les critiques subies par exemple au moment des mobilisations climatiques.»

Pas de grandes ambitions politiques pour les deux amis, c’est l’aspect local de la politique qui les intéresse avant tout. Pour écouter les problématiques des gens et y chercher des solutions. Pour rester dans des gestes concrets. Mais la chose politique plus vaste les intéresse, c’est certain. Ils ont suivi les affaires de leur parti et s’enflamment volontiers. «Mais pour tout ce qui touche au Parlement des jeunes, nous souhaitons rester neutres. Notre rôle est de donner une place à toutes les opinions sur les thématiques que nous soulèverons.»