«Le Nouvelliste» et le «Walliser Bote»: les enjeux d’un partenariat

Vincent Fragnière évoque les enjeux du nouveau partenariat entre «Le Nouvelliste» et le «Walliser Bote».

22 mars 2019, 15:30
Vincent Fragnière, rédacteur en chef du «Nouvelliste».

Le Haut et le Bas-Valais possèdent tout au plus deux cultures qui se tolèrent. Depuis l’ouverture du Lötschberg, le fossé entre les deux parties du canton s’est agrandi avec un Haut-Valais qui est de plus en plus aspiré vers Berne. Ou encore la stagnation démographique haut-valaisanne a crispé les relations entre les deux parties du canton. 

Face à ces constats – dont l’ampleur est encore à vérifier – «Le Nouvelliste» et le «Walliser Bote» ont décidé d’agir. Dès aujourd’hui, ils créent un partenariat éditorial qui poursuit un objectif prioritaire: permettre aux habitants des deux régions linguistiques de mieux se connaître et se comprendre. Sans occulter les enjeux et les intérêts qui les opposent.

A lire aussi : De l’absence de fusion à Simonetta Sommaruga. La chronique d'Herold Bieler

En 2005, le Grand Conseil avait refusé un postulat qui demandait le financement d’une étude sur les avantages et les inconvénients de la création de deux demi-cantons. Aujourd’hui, c’est la constituante qui redéfinira les relations institutionnelles entre les deux parties du Valais. 

Et les deux quotidiens cantonaux ont décidé d’apporter leur contribution à cette réflexion en échangeant, deux fois par mois, leurs points de vue. Pour commencer, car cette aventure journalistique commune laisse augurer de belles promesses.