Réservé aux abonnés

Le lièvre variable est le sprinteur des neiges

Au total look blanc en hiver, il est un as de la survie en haute montagne. Températures glaciales et prédateurs affamés, rien ne lui est épargné.

14 déc. 2019, 08:07
Blotti en boule, il conserve la chaleur de son corps, à plus de 2000 mètres d’altitude au plus fort de l’hiver.

Le photographe Olivier Born peine à repérer le «Blanchon» comme disent les Français, dans son décor de neige. «Le lièvre variable est aussi discret que farouche. Il se déplace la nuit, reste caché le jour, n’émet pas le moindre cri. Je peux passer des heures à jumeler avant de voir ou de croire voir se dessiner un œil dans cette immensité blanche. Ses traces, entremêlées dans tous les sens, m’aident rarement. Et si la neige a été abondante, il reste planqué...