Le jeûne, ça ne s’improvise pas! Par Gaëlle Fumeaux

22 mars 2021, 11:00
Gaëlle Fumeaux, diplômée sport et santé.

Votre ami-e se lance dans une semaine de jeûne et vous vous dites, pourquoi pas moi? Vous avez décidé sur un coup de tête de faire jeûne en autonomie? Oui, les promesses de détox sont tentantes. Oui, ce rituel est pratiqué par de nombreuses personnes dans le monde entier. Si cette pratique est courante, il ne faut pas pour autant la banaliser. Le jeûne impose à votre corps un bouleversement profond. Les quelques jours précédant et suivant la phase de jeûne sont très importants.

Voici quelques conseils:

  • Être sûr de son choix: jeûner demande beaucoup de volonté, de flexibilité et d’adaptation aux besoins de son corps. Etes-vous vraiment prêt-e? Jeûner ne doit surtout pas rimer avec frustration.
  •  Bien se préparer: il est recommandé de modifier progressivement ses habitudes alimentaires plusieurs jours avant le début du jeûne à proprement parler. Diminuez les excitants comme le café, les aliments trop riches en sucre et en graisse pour arriver à quelques légumes et fruits la veille du jeûne.
  • Prendre du temps pour soi: un jeûne réussi va au-delà de la simple restriction alimentaire. Prévoyez des temps de repos. Libérez votre agenda afin de ne pas être forcé d’effectuer une activité à une heure précise. Votre corps a besoin de s’adapter à cette nouvelle situation. Il n’est pas rare d’avoir quelques «coups de mou». Ecoutez et respectez les besoins de votre corps.
  • Pratiquer une activité physique modérée: votre métabolisme doit rester actif durant une phase de jeûne. Privilégiez une activité à basse intensité comme la marche.
  • Boire plus que d’habitude: les aliments, tout particulièrement les fruits et les légumes, apportent des quantités importantes de liquide à notre corps. En jeûnant, cet apport est supprimé et doit donc être compensé. 
  • Avertir ses proches: le jeûne bouleverse l’équilibre hormonal et peut donc avoir une influence sur votre humeur.
  • Réussir la rupture du jeûne: reprenez progressivement vos habitudes alimentaires. Dans un premier temps, évitez une nourriture trop grasse et trop sucrée.

Et surtout ne prenez aucun risque si vous souffrez de pathologies préexistantes, parlez-en d’abord à votre médecin.