Le Groupe Loup Suisse offre une récompense de 10000 francs pour qui dénoncera le braconnier du Val d'Anniviers

10'000 francs, c'est la somme que le Groupe Loup Suisse (GLS) propose à qui dénoncera le braconnier du Val d'Anniviers. Le GLS demande aussi un moratoire sur le tir du loup en Suisse. Pour le biologiste Raphaël Arlettaz, les autorités cantonales valaisannes sont responsables de cette situation.

20 févr. 2017, 09:18
/ Màj. le 20 févr. 2017 à 20:30
La louve a été découverte morte vendredi près du village de Mayoux dans le Val d'Anniviers.

Le WWF condamne le braconnage d'une louve dans le Val d'Anniviers, en Valais, rendu public dimanche. L'organisation réclame une sanction exemplaire contre l'auteur du tir.

"Le braconnage est intolérable", communique lundi le WWF. "Il n'est pas normal que des braconniers puissent abattre des loups à volonté." L'organisation condamne "avec la plus grande fermeté" ce deuxième cas de braconnage de loup en Valais en une année.

Ce tir illégal d'une louve empêche la création potentielle d'une meute dans la région où un mâle a déjà été observé. Le WWF dresse un constat d'incapacité d'héberger une population de loups sur le long terme en Suisse.

Désinformation dénoncée

Biologiste à l'Université de Berne, Raphaël Arlettaz n'est pas surpris et impute aux autorités valaisannes la responsabilité de la situation. Celles-ci "confondent le loup réel et le loup mythique", a-t-il souligné. Par leur politique de "désinformation", les autorités cantonales "faussent le climat et créent une atmosphère délétère", a-t-il ajouté au "19:30" de la RTS.

Dans de telles conditions, les braconniers se sentent des ailes, constate le biologiste valaisan. Or selon lui, le canton aurait tout intérêt, à l'instar des chasseurs qui le considèrent à tort comme un concurrent, à accepter l'installation du loup en Valais. Selon M. Arlettaz, la présence du canidé serait à même de résoudre le problème de la forte hausse de la population de cerfs dans le canton, actuellement difficile à contenir malgré des chasses spéciales.

> Lire aussi - Une louve tuée dans le Val d'Anniviers

La fin d'un couple potentiel

Le Groupe Loup Suisse (GLS) estime aussi que la louve formait potentiellement un couple avec le mâle observé dans la même région. Dimanche déjà, le GLS avait réclamé un moratoire de tout tir de loup. L'important est de mettre la main sur le braconnier.

L'organisation offre une récompense de 10'000 francs à tout témoin apportant des informations pouvant conduire à l'identification du tireur. Ces informations seront transmises aux autorités pénales et ne seront pas rendues publiques.