La prévention des avalanches s’uniformise

Jusqu’à l’hiver passé, les cours de prévention face au danger d’avalanches étaient multiples. Dès cet hiver, ils s’uniformisent, ou presque. Deux cursus distincts sont lancés sur le marché et la cohabitation se fait dans un climat tendu.

23 nov. 2015, 11:49
Les avalanches (ici lors du test dans la vallée de la Sionne en janvier 2015) tuent en moyenne 25 personnes par an en Suisse.

Réunir sous un seul label la prévention et la formation sur le risque d’avalanche. L'objectif des différents spécialistes de la montagne est de remplacer la multiplicité des formations proposées qui constituaient jusqu'ici une vraie jungle pour le client. Dès cet hiver, deux entités se partageront ce nouveau gâteau.

D’un côté, l’International Snow Training Academy, société basée à Lausanne à vocation internationale et fondée en 2013 par le freerider Dominique Perret. Les premières formations seront lancées cet hiver et le détail de ce projet sera présenté le 2 décembre. De l’autre, l’Association suisse des guides de montagnes a mis sur pied un label intitulé «Swiss Mountain Training» dont les cursus ont été dispensés à 250 clients l’hiver passé lors d’une phase pilote.

25 morts par année en Suisse

Dans un communiqué envoyé aux médias ce lundi matin, l’ASGM rappelle qu’ «il s’agit de prendre en compte l’explosion du nombre de pratiquants dans les domaines du ski hors-piste et de la randonnée à ski et si possible, aider, contribuer à stabiliser, voire à diminuer le nombre d’accidents graves et mortels dus à des avalanches.»  Et de rappeler un constat dramatique : 25 personnes meurent chaque année en Suisse sous des avalanches et dans 90% des cas ce sont les victimes elles-mêmes qui ont déclenché la coulée.

Climat tendu

Sur le fond, les objectifs des deux formations sont identiques: éviter des drames en dispensant des formations de plusieurs niveaux récompensées par une certification. Les approches, cependant, varient. Et le coeur du problème, c’est que la coexistence se fait dans un climat délétère.

Découvrez, dans nos éditions papier et numériques de mardi 24 novembre, les réactions des différents protagonistes à cette bisbille.