Réservé aux abonnés

La fête, malgré l'indécence

02 août 2015, 19:20

RéDACTEUR EN CHEF

Malgré le deuil qui a frappé Nelson Mandela à la veille d'Afrique du Sud - Mexique (son arrière-petite-fille, 13 ans, a été victime d'un chauffeur ivre), et donc l'absence du Père de la Nation, la fête a commencé. Multicolore. Bruyante. Chaleureuse.

Le patron du foot mondial a de quoi pavoiser. Au moment où il annonce vouloir se succéder une fois encore à lui-même, le Valaisan Sepp Blatter peut jouir pleinement de son pouvoir. Il avait promis le plus grand tournoi de la planète à l'Afrique. Nous y sommes!

Les grands trusts de l'économie globalisée aussi se frottent les mains. Le...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois