Réservé aux abonnés

L'Europe se suicide, lentement

06 oct. 2009, 05:59

YVES NIDEGGER conseiller national (UDC-GE)

Vaincre la résistance irlandaise est une chose. Guérir ses pulsions suicidaires en est une autre. Ce n'est pas dans le Traité de Lisbonne que l'Europe trouvera l'antidote à son épuisement civilisationnel. Et à l'auto-dégoût occidental qui la mine, l'empêchant de se reproduire et de défendre ses valeurs et sa vision du monde. Le mal n'est pas neuf. On se souvient de la collaboration au communisme et de l'appui assumé à l'Union soviétique de nombreux intellectuels et hommes politiques européens. Dès après la Seconde Guerre mondiale et jusqu'à la chute d...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois