Jean-Marie Bornet: "Je serai au deuxième tour"

Il en veut. Le candidat du Rassemblement citoyen Valais, Jean-Marie Bornet promet déjà qu'il faudra compter sur lui pour le deuxième tour des élections au Conseil d'Etat. Le chef de la prévention et de la communication de la police cantonale estime que le peuple est plus déçu que jamais après avoir élu Oskar Freysinger il y a quatre ans. Il se pose en alternative.

07 févr. 2017, 14:54
/ Màj. le 08 févr. 2017 à 06:30
Jean-Marie Bornet croit que lui et son mouvement peuvent créer la surprise le 5 mars.

"Tant que les Valaisans n'auront pas d'autres questions à poser que t'es le fils ou la fille à qui, le canton n'avancera pas". Fils de l'ancien conseiller d'Etat PDC Bernard Bornet, Jean-Marie Bornet promet que le Rassemblement citoyen Valais saura être plus efficace que les partis traditionnels s'il devait accéder au pouvoir. Gestion de l'eau, fin du pétrole, risque sismique ou encore formation, le candidat revient, dans le cadre de notre série d'interviews politiques, sur les priorités de son mouvement et promet de créer la surprise. "Je serai au deuxième tour", affirme-t-il déjà.

Devoir de réserve

Parce qu'il respecte son devoir de réserve, il en attend tout autant des magistrats en place. "Je ne vois donc pas pourquoi je ne pourrai pas retrouver mon poste en cas de non élection, tout comme l'a fait Christian Varone à l'époque". Jean-Marie Bornet assure enfin qu'il pourra faire très rapidement toute la lumière sur l'affaire qui le confronte lui et son fils à la justice. "Je suis totalement confiant quant à l'issue de tout cela et je ferai la preuve que j'ai été victime d'une manoeuvre". 

Découvrez l'intégralité de cet entretien ainsi que l'interrogatoire politique dans nos éditions papier et numériques du 8 février.