J’ai vécu une journée infernale au travail, comment réagir? Les conseils de Malik Hammoutène

21 mars 2018, 11:00
Malik Hammoutène, fondateur de Jobeo.

On a tous vécu un jour ou l’autre une très mauvaise journée au boulot. Au point de se sentir terriblement chamboulé, tiraillé entre la tentation de se faire porter pâle le lendemain et l’envie folle de démissionner. Pourtant, même si la journée a été vraiment affreuse, il faut savoir relativiser.

Tout d’abord, analysez la situation et retournez au travail le lendemain, car la Terre ne va pas s’arrêter de tourner, et votre job ne va pas se faire tout seul. Il existe, en effet, mille et une façons de vivre une journée épouvantable au travail; on peut se faire démolir par son chef, subir la colère d’un client mécontent, se disputer avec ses collègues, être dépassé par des objectifs inatteignables, ne pas réussir à se faire respecter, ne pas être entendu par sa hiérarchie, devoir exécuter des tâches très désagréables. Finalement, il suffit de peu de chose pour vous pourrir la vie au travail.

Si la journée a réellement été insupportable, il est grand temps de se poser les bonnes questions et de faire le point plutôt que l’autruche, car il faut éviter autant que possible que ce type de journée ne se répète. S’agit-il d’un problème ponctuel ou récurrent? Est-ce que je porte une responsabilité? L’idée derrière l’analyse de la situation est de trouver les moyens de changer les choses. Parfois, respirer un bon coup suffit, et parfois, dans l’autre extrême, la seule solution est de changer de job.

Mais, dans un premier temps, après une journée de travail compliquée, il est essentiel d’adopter un rituel qui fasse une véritable coupure avec le boulot et remonte le moral. Et comme il n’existe pas de recette miracle, chacun doit trouver sa méthode pour se détacher des problèmes au boulot. Vous pouvez faire du sport, boire un verre, vous offrir un bon repas, trouver une activité qui vous permette de faire le vide, de vous défouler et qui vous fasse du bien. En bref, décompressez afin d’éviter de vous sentir trop affecté et de trouver le courage de retourner au travail le lendemain.

emploi.lenouvelliste.ch