Immigration: surveillance avec un hélicoptère des Forces aériennes

Un hélicoptère a été utilisée dans le nuit de vendredi à samedi pour surveiller la frontière avec l'Italie en Haut-Valais. Une opération courante pour les gardes-frontières.

12 juil. 2016, 17:43
L'hélicoptère des Forces aériennes est équipé d'une caméra infrarouge, d'une caméra thermique et d'un puissant projecteur.

Le corps des gardes-frontières a mené un contrôle aérien de lutte contre les passeurs dans la région de Brigue dans la nuit de vendredi à samedi. Un hélicoptère Super Puma des Forces aériennes, équipé de caméras infrarouges, a été engagé, selon une information de Radio Rottu. Cette opération est assez courante. «Le corps des gardes-frontières dispose d’un crédit annuel de vol auprès des Forces aériennes d’environ 675 heures d’hélicoptères et d’une centaine d’heures de vol de drones», explique David Marquis,  Les drones sont régulièrement employés dans le secteur du Jura ou de la frontière entre le Tessin et l’Italie. Dans les zones de montagnes, comme en Valais, la surveillance se fait avec l’hélicoptère. Le responsable ne donnera pas plus de précision quant à cet engagement, ni sur la région surveillée. «Nous utilisons ces moyens prioritairement pour lutter contre l’immigration illégale.»

Dans la seule région V - qui regroupe les cantons du Valais, de Vaud et de Fribourg – pour la semaine du 4 au 11 juillet, 157 personnes en situation illégale ont été interpellées, alors que dans le même temps 147 ont été raccompagnées à la frontière. Un chiffre qui est certes le plus élevé depuis le début de l’année dans cette région, mais qui est loin en dessous de 1321 personnes interpellées au Tessin en une semaine.