Réservé aux abonnés

Il faut le dire

30 oct. 2008, 05:59

Consentement et contrainte. Deux mots, deux pierres angulaires pour donner une perspective à l'horreur d'un mariage forcé. «Consentement» pour dire un grand «oui» à celui ou celle qu'on aime, ou au pire, s'en accommoder. «Contrainte» pour signifier la violence brutale d'une union non désirée. C'est à ce dernier terme que la loi suisse se réfère. Le mariage forcé est qualifié de «contrainte» selon l'article 181 du Code pénal. Cela ne suffit pas. Comme il ne suffit pas de dire que l'excision est «une atteinte corporelle grave» au sens de l'article 122.

Avant de s'insurger, autant commencer par n...