Réservé aux abonnés

Historique

02 août 2015, 19:14

CHEF DE LA RUBRIQUE éCONOMIQUE

Beaucoup l'espéraient. Les spécialistes n'y croyaient pas. Pourtant la révolution a eu lieu. Les actionnaires d'UBS ont refusé la décharge aux dirigeants de la banque pour l'année 2007. Désormais, Marcel Ospel et triste compagnie risquent de connaître des nuits agitées. Fort de ce vote, le conseil d'administration d'UBS pourra intenter des actions contre eux pour ce qui concerne leur gestion calamiteuse et les risques insensés pris cette année-là. L'effervescence populaire a dirigé le vote. Les actionnaires ont refusé la table rase du passé. Ils ont préféré l'éthi...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois