Hydraulique: un projet européen à 20 millions de francs pour la HES-SO Valais-Wallis

La Haute école d’ingénierie de la HES-SO Valais-Wallis participe à un projet d’innovation énergétique réunissant 19 partenaires européens. L’augmentation du potentiel des centrales est au cœur de cette démarche.

17 déc. 2019, 12:00
La centrale de pompage de Z’mutt, à Zermatt, sera équipée d’une nouvelle pompe-turbine à vitesse variable.

Augmenter le potentiel hydroélectrique des centrales en faisant fonctionner des turbines à vitesse variable afin d’adapter la production à la demande des consommateurs. C’est l’un des objectifs de XFLEX HYDRO, projet d’innovation énergétique réunissant 19 partenaires européens dont la Haute école d’ingénierie (HEI) de la HES-SO Valais-Wallis.

Parmi les sept centrales sélectionnées, la centrale de pompage de Z’mutt, à Zermatt, sera équipée d’une telle turbine.

But: feuille de route et recommandations aux gouvernements

L’initiative, lancée officiellement à l’occasion de la COP25 à Madrid, se monte à 18 millions d’euros (près de 20 millions de francs) – dont 1 million pour la HEI – et s’étendra sur quatre ans. Le projet se terminera en 2023 par l’élaboration d’une feuille de route visant à accroître l’adoption de ces technologies dans l’ensemble du parc hydroélectrique européen, avec des recommandations à l’intention des gouvernements, des organismes de réglementation et de l’industrie.

A lire aussi : Une publication de prestige pour la HES-SO Valais

«Participer à un tel projet est une véritable opportunité pour nous», souligne la professeure HES Cécile Münch-Alligné. «D’abord afin de collaborer avec d’autres équipes de recherche en Europe, mais également pour leur montrer la qualité du travail que nous accomplissons ici.»

Objectif 32% d’énergie renouvelable d’ici à 2030

L’initiative a été financée par le programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union européenne (UE). Il vise à aider l’UE à atteindre l’objectif de 32% d’énergie produite à partir de sources renouvelables d’ici à 2030.
 

par Patrice Genet