Haut-Valais: une nouvelle louve identifiée et des doutes sur l'attaque de Gampel

Une nouvelle louve a été identifiée en Valais. Elle s'appelle F14 et pourrait être à l'origine de l'attaque d'Eischoll, imputée à un loup par les analyses ADN. Par contre, du côté de Gampel, aucune trace du grand prédateur n'a été détectée.

04 nov. 2014, 12:54
Les traces de morsure et les observations ne laissent que peu de place au doute: c'est probablement un loup qui a tué ces 4 moutons.

Le loup n'est peut-être pas l'auteur de l'attaque d'un mouton proche des habitations de Gampel le 17 octobre. Les analyses ne permettent pas de confirmer la présence d'un loup.

Seul de l'ADN de renard a été détecté dans les trois échantillons analysés, a communiqué mardi l'Etat du Valais. L'attaque dans un enclos électrifié à proximité d'habitations d'Eischoll le 13 octobre est en revanche bien imputable à un loup d'origine italienne. Son identification n'est pas encore établie.

Deux individus ont perpétré des attaques sur les alpages des vallées de Zermatt, de Tourtemagne et d'Hérens durant l'été. Il s'agit d'un mâle baptisé M46, qui s'était attaqué à des animaux de rente dans le canton de Fribourg en juin, et de la femelle F14, jamais encore répertoriée en Suisse. C'est elle qui a attaqué des moutons en août à Evolèen et en septembre dernier du côté d'Unterbäch.

Un de ces deux prédateurs pourrait être l'auteur de l'attaque d'Eischoll.