L'espoir de retrouver les moutons volés de Saas s'amenuise

Les propriétaires des 103 moutons de Saas qui ont disparu d'un alpage du Haut-Valais sont toujours sans nouvelle de leurs bêtes. Ils craignent qu'elles n'aient été abattues.

18 sept. 2014, 17:52
saaser_mutten_9

Le mystère demeurait entier jeudi sur le sort des 103 moutons de Saas. Leur disparition a été constatée dimanche dernier, sur un alpage dans la région du barrage de Mattmark, près de la frontière italienne. Les recherches entreprises par voies terrestre et aérienne n'ont pour l'heure rien donné.

"Nous menons des recherches intensives", a indiqué l'éleveur Herbert Zurbriggen, revenant sur une information diffusée jeudi par le "Walliser Bote". Une piste a été donnée à l'éleveur par un ouvrier de la centrale électrique de Mattmark à Saas-Grund qui dit avoir vu quelqu'un avec un chien rabattre des moutons vers le col.

Des traces ont été recherchées sur place, au croisement des cols Ofentalpass, du Monte Moro, de Antrona et de Mondelli, mais aucun indice n'a été découvert. Pour Herbert Zurbriggen, il est possible que les voleurs présumés aient passé le col plusieurs fois avec des petits groupes de bêtes.

Perte de 40'000 francs

Les éleveurs estiment la perte financière à environ 40'000 francs, soit 400 francs par bête. Pro Specie Rara a reçu plusieurs appels de personnes qui voulaient apporter leur aide ou poser des questions sur la possibilité de parrainage.

La centaine de moutons vraisemblablement dérobés appartenaient à un troupeau de plus de 350 bêtes.

Le troupeau était au complet le 22 août

"Les moutons pâturent sans chien de protection et nous n'avons jamais eu de problème avec le loup", relève Philippe Amman, vice-directeur de l'association Pro Specie Rara. Selon lui, la piste du vol apparaît la plus probable. "Chaque trois semaines environ, les éleveurs montent à l'alpage pour donner du sel aux animaux. La dernière fois qu'ils ont vu le troupeau au complet c'était le 22 août", explique-t-il. "Ceux qui ont fait ça ont eu tout ce laps de temps pour voler les bêtes, par petit groupe, sans doute pour leur viande". Et d'ajouter que de mémoire, il n'a jamais connu pareille situation.

Du côté de la police valaisanne, on précise qu'aucune plainte n'a été enregistrée pour le moment.