Réservé aux abonnés

Mittwoch morgen mit Recrosio im Haut-Valais : Aletsch, le bruit, la dignité (5/8)

Pour son deuxième jour dans le Haut-Valais, Frédéric Recrosio a voulu voir par lui-même un glacier qui fond. Comme il ne voyage qu’en transport public, il a choisi Aletsch plutôt que le glacier du Rhône.

18 sept. 2019, 05:30
Vite avant qu'il ne disparaisse... (le glacier, pas Recrosio)

Les montagnes, on connaît.

Parfois, on ne voit même plus quand c’est joli. C’est mal fait. Alors ce qui aide, c’est de prendre le train Zermatt-Fiesch, qui a des vitres même au-dessus, et d’entendre les Asiatiques faire des «aah» et des «ooh» à chaque virage.

Parce que c’est vrai que c’est pas rien, les Alpes. En tout cas, c’est ce que je me disais lorsque j’ai reçu une notification de RTS info qui m’a annoncé que «les glaciers auront presque disparu en 2100 si rien ...