Hausse des allocations familiales en Valais: l'économie renonce au référendum

La Chambre valaisanne de commerce et d'industrie ne s'oppose pas à l'augmentation de 30 francs des allocations familiales. Reste encore à savoir si le PLR décidera de se lancer dans la récolte des signatures ou non.
21 janv. 2022, 09:00
La hausse des allocations familiales est de plus en plus probable en Valais.

La hausse de 30 francs par mois et par enfant des allocations familiales et de 20 francs des allocations de formation dès le début 2023 est de plus en plus probable en Valais.

Après l’Union valaisanne des arts et métiers (UVAM), c'est au tour d'une nouvelle grande organisation patronale, la Chambre de commerce et d'industrie (CCI), de renoncer à recueillir des signatures contre la décision du Grand Conseil. On rappellera que de leur côté, les Syndicats chrétiens ont retiré leur initiative demandant d'aller plus loin dans la hausse.

A lire aussi: Hausse des allocations familiales en Valais: l’UVAM renonce au référendum

Pas d'importance structurelle

Dans un communiqué diffusé vendredi, la CCI explique son renoncement en affirmant ne pas vouloir «mener ce combat seule».

Elle note aussi qu'elle entend utiliser l'arme du référendum pour les «cas d'importance structurelle», ce qui n'est pas le cas de la hausse des allocations familiales. Ce changement engendrera un coût de 22 millions par an, dont la moitié à la charge des employeurs et l'autre moitié à celle des employés.

L'inconnue politique

Si syndicalistes et patrons ne se lancent pas dans la bataille politique, il est encore possible que le combat soit engagé par le PLR, lequel avait critiqué de manière véhémente la décision de l'UVAM.

Selon nos confrères de Rhône FM, les libéraux-radicaux devraient lever le suspense la semaine prochaine.

par Jean-Yves Gabbud