Grand Conseil: les bourses d'études épargnées pour une seule voix

Pour une seule voix, le Parlement décide de maintenir les montants alloués aux bourses d'études au même niveau que l'an dernier. Le PDC, l'Alliance de Gauche et les Verts ont estimé qu'une réduction de ces montants n'était pas envisageable.

12 déc. 2013, 18:56
Le Grand Conseil se penche sur le budget du Département d'Oskar Freysinger ce jeudi soir.

Le suspense aura été total pour le budget alloué aux bourses d’études dans le Département d’Oskar Freysinger, lequel avait annoncé une coupe de 3,6 millions de francs. Pour une seule voix, à 63 contre 62, le conseiller d’Etat en charge de la formation est contraint de maintenir le niveau alloué dans le budget 2013, soit 16,1 millions de francs. La Commission des finances avait tranché pour une réduction limitée à 1,9 millions de francs, soit environ la moitié.

Ironie de l'histoire, on retiendra qu’un vote précédent avait penché, là aussi pour une seule voix, vers la solution de la COFI. Il a été annulé… car Oskar Freysinger n’avait pas eu la parole. Ce dernier a, entre les deux votes, prévenu l’assemblée : «Croyez-moi, je ne coupe pas avec un désir fou dans les bourses mais c’est une des mesures les moins pires. Je dois trouver des millions, c’est une réalité à laquelle je suis confrontée et je crois qu’on peut vivre avec cette réduction.» Les Verts, l’AdG et le PDC lui ont donné tort, estimant ensemble qu’on ne coupe pas dans la formation.

L’UDC et le PLR soutenaient la commission des finances. Pour limiter l’impact, les deux groupes prévoyaient notamment d’augmenter la part allouée à des prêts d’honneur. «La voie médiane est la seule solution viable», a déclaré André Vernay, député PLR. Pas pour l’instant, lui a rétorqué le Parlement. Le débat n’est cependant pas clos puisque plusieurs groupes se sont prononcés pour revoir les critères d’allocation des bourses.