Fukushima: 300 tonnes d'eau radioactive file à la mer chaque jour

Chaque jour, 300 tonnes d'eau contaminée filent vers la mer depuis la centrale sinistrée japonaise de Fukushima. Une nouvelle fuite vient d'être détectée, annonce Tepco, l'exploitant de la centrale, mercredi.

07 août 2013, 13:56
L'exploitant de la centrale Tepco ignore si l'eau radioactive s'écoule dans l'océan.

Le gouvernement japonais a fait savoir mercredi qu'environ 300 tonnes d'eau contaminée se déversent chaque jour dans la mer à partir de la centrale de Fukushima. Le Premier ministre Shinzo Abe s'est engagé mercredi à accentuer les efforts du gouvernement pour limiter les dégâts.

Le chef du gouvernement souhaite que Tokyo Electric Power (Tepco), l'exploitant de la centrale nucléaire de Fukushima endommagée par un séisme et un tsunami en 2011, prenne les mesures nécessaires pour accélérer le nettoyage du site, qui devrait prendre une quarantaine d'années et coûter plus de huit milliards d'euros (9,8 milliards de francs).

"Stabiliser la centrale de Fukushima est notre défi. En particulier, l'eau contaminée représente un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population", a expliqué Shinzo Abe lors d'une réunion d'une cellule de crise gouvernementale sur le sujet.

Un responsable du ministère de l'Industrie a dit que les autorités prévoyaient de limiter les fuites à 60 tonnes par jour à partir de décembre. Il a indiqué mercredi qu'un nouveau point de fuite d'eau radioactive vers l'océan avait été découvert récemment.

"D'après nos estimations, environ 300 tonnes d'eau s'échappent tous les jours. Il n'est pas certain toutefois que l'eau soit hautement radioactive. Nous pensons que cette fuite dure depuis deux ans", a expliqué ce responsable.

Lundi, un responsable de l'Autorité de régulation nucléaire a indiqué qu'il y avait "urgence" et a appelé à agir pour empêcher l'eau de se déverser dans l'océan.

Remontée des nappes phréatiques

Samedi dernier, le quotidien japonais "Asahi" rapportait que les nappes phréatiques situées sous la centrale montaient à un niveau plus élevé qu'une barrière actuellement construite pour les contenir.

Le journal, qui citait une réunion des autorités japonaises de régulation sur le nucléaire, expliquait que les eaux souterraines contaminées pourraient remonter à la surface d'ici trois semaines.

Le séisme et le tsunami du 11 mars 2011 ont bloqué les systèmes de refroidissement de la centrale de Fukushima-Daiichi, ce qui a provoqué la fusion du combustible dans trois des six réacteurs du site et une vaste contamination radioactive alentour.

Tepco injecte un produit chimique souterrain, afin de solidifier les sols et d'éviter que les eaux radioactives soient emportées, mais selon "Asahi", il n'est efficace qu'à plus de 1,8 mètre de profondeur, alors que les nappes phréatiques montent jusqu'à un mètre sous terre.

Critiques récurrentes

Après des mois de dénégations, Tepco a reconnu fin juillet pour la première fois que des eaux souterraines radioactives s'étaient écoulées dans l'Océan Pacifique. La compagnie fait l'objet de critiques récurrentes pour sa façon jugée malhonnête d'informer le public.