Fraudes électorales dans le Haut-Valais: une enquête va être ouverte auprès des communes

Le Conseil d’Etat ouvre une enquête administrative auprès des communes de Brigue, Naters et Viège pour savoir si elles ont suivi toutes les règles en vigueur lors des dernières élections cantonales qui ont été entachées d’une fraude dans le Haut-Valais
20 sept. 2018, 14:25
/ Màj. le 20 sept. 2018 à 18:18
Les communes concernées par la fraude électorale qui a perturbé les dernières élections cantonales sont appelées à répondre aux interrogations du Conseil d'Etat.

Le Conseil d’Etat va ouvrir une enquête administrative auprès des communes de Brigue, Naters et Viège à la suite de la fraude électorale qui a été commise dans le Haut-Valais lors des dernières élections cantonales de mars 2017.

L’auteur principal de cette infraction a été condamné le 7 septembre dernier par le Tribunal du district de Brigue à une peine de 12 mois de prison avec sursis. Il avait pris des bulletins dans des boîtes aux lettres pour les remplir à sa convenance.

A lire aussi : Prison avec sursis pour l’auteur de la fraude électorale du Haut-Valais

L’exécutif cantonal annonce dans un communiqué qu’il «souhaite s’assurer que les communes visées par la fraude ont appliqué correctement les règles en matière électorale, notamment les processus concernant le vote par correspondance». Un questionnaire a ainsi été envoyé aux trois communes concernées. Des mesures pourraient être prises par la suite.

Cette enquête administrative est-elle lancée en raison de soupçons pesant sur les communes? «Beaucoup de choses ont été dites sur cette affaire. Il est de notre devoir de savoir ce qu’il s’est réellement passé, de voir si les communes ont suivi les règles ou non», répond le conseiller d’Etat Frédéric Favre, qui déclare que si des erreurs ont été commises il faut prendre des mesures pour que cela ne se renouvelle pas et si tout a été fait dans les règles, cela doit être dit pour mettre fin aux suspicions.

Si l'enquête administrative n'intervient que maintenant, c'est par souci de pouvoir disposer des éléments de l'enquête de la justice, indique le communiqué de l'Etat.

L’Etat du Valais analyse actuellement, avec la Fédération des communes valaisannes, «les solutions permettant de renforcer la sécurité du vote par correspondance».

 

par Jean-Yves Gabbud