Des augmentations d'impôts envisagées en Valais

Pour équilibrer le budget 2015, le Conseil d'Etat doit trouver 135 millions. Des réductions de dépenses sont envisagées, mais aussi plusieurs hausses d'impôts.

18 juin 2014, 14:40
Les contribuables pourraient être appelés à renflouer les caisses publiques.

La situation financière de l’Etat du Valais s’annonce particulièrement difficile ces prochaines années. «Pour équilibrer les comptes, le Conseil d’Etat prépare un budget dans lequel il faudra trouver 135 millions de francs, en diminuant les coûts et en augmentant les recettes», a annoncé mercredi l’Exécutif cantonal dans un communiqué.

Pour faire face à cette situation, une série de mesures sont envisagées. Les décisions seront prises par le Conseil d’Etat durant l’été, puis seront soumises cet automne au Grand Conseil, lequel se prononcera définitivement en décembre.

Les hausses d’impôts envisagées

Pour l’heure, une liste de mesures a été envisagée, dont de nombreuses augmentations fiscales. «Le Conseil d’Etat propose une réduction des dépenses par une baisse des subventions et une éventuelle diminution de la masse salariale du personnel de l’Etat. Il envisage également une augmentation des recettes fiscales à travers un catalogue de mesures qui prévoit notamment une hausse de l’impôt sur les véhicules à moteur, une hausse du taux d’imposition du revenu et de la fortune, une entrée en vigueur différée de la dernière tranche des mesures de déduction des primes d’assurance maladie, une limitation de la déduction pour les frais de transport ainsi que la suppression de la déduction fiscale pour les enfants.»

La Constitution cantonale oblige aussi l’Etat d’éponger le déficit réalisé en 2013, soit 83 millions. Pour ce faire, le Conseil d’Etat propose d’amortir ce découvert sur plusieurs années.

Soucis à long terme

«Si nous ne faisons rien, nous aurons un déficit d’environ 100 millions de francs par an», indique le conseiller d’Etat Maurice Tornay. Pour l’heure, il s’agit là d’une première estimation qui ressort de l’analyse de l’institut Bak Basel, mandaté par l’Etat du Valais. Ce chiffre ne comprend pas l’amortissement du déficit 2013 et celui, présenté comme prévisible, de 2014.

Comme prévu, l’expert bâlois va analyser les prestations de l’Etat pour identifier des sources d’économies potentielles.