Démission spectaculaire au Grand Conseil

Après avoir dénoncé devant le Parlement les agissements d’un garde-faune haut-valaisan, le président de la Commission de justice, critiqué de toutes parts, annonce sa démission.

12 déc. 2019, 16:23
Alex Schwestermann.

Le président de la Commission de justice du Grand Conseil, le chrétien-social haut-valaisan Alex Schwestermann, a annoncé en pleine session sa démission de sa fonction présidentielle. Ce retrait a été provoqué par les critiques à son encontre venues de toutes les travées du Parlement, en raison d’un texte qu’il a défendu.

Une attaque personnelle contre un garde-faune

Alex Schwestermann a déposé un postulat dans lequel il attaque nommément un garde-faune du district de Rarogne occidental. En citant son nom, il déclare: «Il est connu dans le district pour ne pas être capable de se maîtriser dans certaines situations, et pas seulement face aux chasseurs, mais aussi aux touristes et aux enfants. Lorsqu’il doit traiter une affaire, il pique une crise, insulte et menace même les personnes innocentes et honnêtes qui se trouvent là.»

Alex Schwestermann, lui-même chasseur, a demandé que le garde-faune soit cantonné à des tâches administratives et de protection et qu’il ne travaille plus avec une arme.

Dénoncé par ses pairs

Tous les groupes ont dénoncé cette attaque personnelle, ce que certains ont appelé un règlement de comptes. Le chef du groupe PDC, Beat Eggel, a même déclaré que cette intervention entame la confiance envers le député et président de commission.

Même le chef du groupe dans lequel Alex Schwestermann siège a regretté cette situation.

Au final, 96 députés ont refusé le postulat, deux l’ont accepté et 18 se sont abstenus. Ce désaveu a conduit le président de la commission à annoncer sa démission.