Réservé aux abonnés

Décharger les propriétaires

08 janv. 2017, 23:22 / Màj. le 09 janv. 2017 à 00:01

Le Groupement d’intérêt mercure tire un bilan contrasté trois ans après

la révélation de la pollution du sol dans le Haut-Valais. Son principal combat reste l’annulation de l’inscription des terrains peu pollués (entre 0,5 et 2 mg par kilo). «Les terrains ne doivent pas être assainis, mais ils perdent pourtant de la valeur, explique le coprésident Thomas Burgener. Deux motions ont été déposées à Berne, mais le Conseil fédéral peu prendre seul cette décision. Mais à l’OFEV, ils ne sont pas très ouverts. Mais j’ai bon espoir.» LS