Dans le secret des cabanes de chasse

La période de chasse s'ouvre ce lundi matin en Valais. Pour la grande majorité des 2400 adeptes, c'est aussi l'occasion de prendre ses quartiers dans des lieux riches en anecdotes, les cabanes de chasse. Reportage.
22 sept. 2015, 21:24
Aux aurores un chasseur cherche sa proie, dans la foret, a Combartseline sur la commune de Nendaz en Valais ce jeudi 20 septembre 2001. La chasse au gros gibier a debute lundi 17 septembre. Cette annee le service de la chasse espere une reduction d'un quart de l'effectif de cerfs. Avec 4000 tetes, le seuil de saturation est atteint et les degats causes aux forets par ces animaux sont importants. Si les chasseurs n'abattent pas un millier de cerfs, des tirs complementaires seront organises. (KEYSTONE/Andree-Noelle Pot)

Qu’il s’agisse d’une petite maisonnette tout confort avec eau et électricité ou au contraire d’une bâtisse rustique où les bougies constituent le seul éclairage, les très nombreuses cabanes de chasse réparties dans le canton ont chacune leur histoire et leurs multiples anecdotes. Pour une grande partie des 2400 chasseurs à l’affût dès ce lundi matin, ces lieux représentent bien plus qu’un simple abri. Pour d’autres, cela se résume à deux planches et un bout de tôle rouillée voire du plus simple sac de couchage à la belle étoile.

Dans ces lieux, où la convivialité et le partage règnent souvent en maître, les chasseurs se remémorent bien sûr les nombreuses aventures des saisons passées mais ils prennent surtout le temps de vivre autrement. C’est aussi l’occasion pour eux de rappeler pourquoi ils sont devenus chasseurs et de répéter à qui veut l’entendre «qu’ils ne sont pas des viandards.» Tout en étant conscients que leur passion fera toujours débat, trois groupes de chasseurs ont accepté de nous ouvrir les portes de leur cabane, pour nous faire découvrir l’envers du décor.

Découvrez ces reportages dans nos éditions papier et numériques de ce lundi 21 septembre.