D'un clic de souris nos vignerons-encaveurs rassurent les consommateurs

Avec "e-Vendanges", une application développée par l’Etat du Valais pour améliorer la traçabilité de l’AOC Valais, on veut rassurer les consommateurs après les "affaires" qui ont entaché l'image des vins du Valais, faciliter le processus de contrôle des vendanges et les charges administratives.

07 nov. 2016, 11:50
Dès 2017, "e-vendanges" sera l'outil officiel pour le contrôle des vendanges en Valais.

Isabella Kellenberger l'assure: "l'utilisation de ce nouvel outil d'auto-contrôle est hyper simple.C'est un peu comme pour faire des paiements par internet. Un code d'accès permet d'entrer nos données dans un portail sécurisé. On sélectionne l'acquit concerné et on indique le cépage, la quantité et le degré oechslé ou le brix (teneur de sucre ), la conversion est automatique. " La propriétaire de la cave Vin d'Oeuvre à Loèche sait de quoi elle parle, elle a fait partie des 12 caves qui ont testé "e-vendanges", l'application web développée par l’Etat du Valais pour améliorer la traçabilité de l’AOC Valais.  Cet outil informatique, utilisable via un ordinateur, une tablette ou un smartphone, deviendra dès 2017 la base du contrôle des vendanges pour toute la production viticole valaisanne.

Un système inédit

"A ce jour, le canton du Valais est le premier à se doter d'un tel outil de contrôle", affirme Pierre-André Roduit, chef de l'Office de la viticulture. "Nous répondons ainsi à la volonté du Conseil d'Etat et de la Confédération d'améliorer le contrôle des vins, un souhait également formulé par l'Interprofession de la Vigne et du Vin dans le cadre de Viti 2020."

Dès 2017, "e-vendanges" sera donc l'outil officiel pour le contrôle des vendanges en Valais. Tout le monde devra s'y soumettre. Et ceux qui ont peur des petites souris n'y échapperont qu'à condition de payer un service de l'Etat pour qu'il se charge d'entrer leurs données.

"Des cours seront mis en place pour les utilisateurs et les contrôleurs de vendanges vont aussi faire un travail de coaching. Normalement, il ne devrait pas y avoir de problèmes car ce type de système existe déjà pour les paiements directs. Au contraire, les caves verront leur travail administratif facilité", déclare Christine Genolet-Leubin, responsable de l'inspectorat des denrées alimentaires. 

Les plus de l'application

"Avec "e-vendanges", on pallie l’absence d’un lien systématique entre le registre des vignes et les déclarations d’apports de vendanges. De plus, le fournisseur devient lui aussi acteur du contrôle des vendanges. Il peut consulter l’ensemble de ses apports de vendanges auprès d’une ou plusieurs caves" détaille Guillaume Favre collaborateur agro-scientifique auprès de l'Office de la viticulture. Pour les divisions d’acquits, les communes utiliseront aussi « e-Vendanges ». Tous les acquits partiels disposeront ainsi d’un numéro propre et d’un code barre. 

"Il faut savoir que jusqu'à aujourd'hui avec 22 000 propriétaires de vignes, 1200 exploitants viticoles et 500 caves, nos services avaient jusqu'à 60 000 formulaires à traiter. Avec une seule base de données, le risque d'erreurs diminue", conclut Pierre-André Roduit.

Découvrez les réactions de la branche dans nos éditions numériques et papier de mardi 8 novembre