Correction du Rhône: le financement est fortement contesté

La participation des entreprises et des communes au financement des travaux de la troisième correction du Rhône est remise en cause par de nombreux députés. L'augmentation du coût total du projet a fait l'objet d'une passe d'armes.

05 mars 2018, 12:58
Le financement de la troisième correction du Rhône tel qu'il était prévu par le Conseil d'Etat est fortement contesté par les députés.

Le Grand Conseil a accepté de justesse, par 66 voix contre 60 et 1 abstention, d'entrer en matière sur le financement des travaux de la troisième correction du Rhône.

Durant le débat, une majorité a paru se dessiner pour remettre en cause la participation financière demandée aux 200 grands propriétaires voisins du fleuve, dont des entreprises et des bourgeoisies. La participation de toutes les communes du canton au financement des travaux fait aussi débat.

Un coût de 2 ou de 3,4 milliards?

Le débat d'entrée en matière a été le cadre de discussions nourries autour du coût total de projet de troisième correction du Rhône.

En 2015, dans la présentation du projet soumis au peuple valaisan, il était question de 2 milliards de francs. Or, aujourd'hui, le Conseil d'Etat parle d'un coût de 3,4 milliards pour la partie valaisanne.

Le conseiller d'Etat Jacques Melly parle "d'imprécision", mais conteste une dissimulation. Il déclare que le montant de 2 milliards avait été présenté comme un argument en faveur de la réalisation du projet, puisqu'il s'agissait des travaux à fournir aux entreprises. Le coût total, qui comprend les études et la valeur des terrains, est par contre connu depuis 2008, soit plus de 3 milliards.

Les députés reviennent sur ce dossier vendredi matin.