Une Agaunoise sur les traces égyptiennes de Maurice

En cette année de Jubilé de l'Abbaye, Isis Gaber, elle-même d'origine égyptienne, a fait le voyage de Louxor.

25 févr. 2015, 19:55
Saint-Maurice / Louxor

Comme Maurice et ses compagnons de la légion thébaine massacrés vers l’an 290 de notre ère, Isis Gaber est Egyptienne d’origine. De Qena plus précisément, non loin de Louxor (anciennement Thèbes). Alors, lorsque son père, qui réside sur les terres des pharaons huit mois par année, lui a soumis l’idée de ce voyage, l’Agaunoise d’adoption n’a pas hésité. «C’était l’occasion de revenir sur la terre de mes ancêtres», explique celle qui porte le prénom d’une déesse égyptienne. «En cette année de Jubilé, on s’est dit qu’il était important de faire le lien et d’offrir cette expérience à l’Abbaye de Saint-Maurice. Il n’est pas forcément facile pour les religieux d’ici de se rendre en Egypte. Alors nous avons voulu faire connaître ici ce qui se passe là-bas, faire ressentir ce lien aux gens.»

Un lien fort

Et c’est, au demeurant, un pont particulièrement solide qui lie l’Eglise copte orthodoxe à Maurice. «Saint Maurice y a une grande place», a constaté Isis Gaber. «Les images du martyr sont partout.» Elles occupent en tous les cas piliers, autels et murs de l’église Sainte Maria de Louxor, «sœur spirituelle et historique» de l’Abbaye agaunoise qu’Isis, son père et une amie ont visité lors de leur récent périple égyptien.

Et le terme de «sœur» n’est pas choisi au hasard. En décembre 2009, Mgr Joseph Roduit, père abbé de Saint-Maurice, adressait une lettre à l’Eglise copte orthodoxe de Louxor. Une lettre qui accompagnait l’envoi d’un ossement prélevé dans les Reliques conservées par l’Abbaye.

Isis et ses compagnons ont d’ailleurs reçu, lors de leur visite, deux grandes images de Saint Maurice à l’attention de l’Abbaye. Ces présents seront remis prochainement à Mgr Roduit.

A lire dans nos éditions payantes du jeudi 26 février.