Saint-Maurice: un casting pour entrer dans les coulisses de l'univers Disney

Un jeune Agaunois organise ce week-end à Saint-Maurice un casting pour trouver les présentateurs d’un futur documentaire vidéo sur le making of des films de Walt Disney.
06 mars 2018, 16:00
Rodrigo Casanova est passionné depuis toujours par l'univers de Walt Disney, surtout par le tournage de Blanche-Neige.

Blanche-Neige, Pinocchio, Cendrillon, Mickey Mouse… autant de personnages qui ont marqué notre enfance. Mais que sait au juste le public des méthodes et outils utilisés par les studios Disney pour produire les films dont ils sont les héros? Pour répondre à cette question, Rodrigo Casanova veut tourner un documentaire vidéo qui retracera leur making of.

Ce jeune homme de 22 ans voue une passion à cet univers fantastique. «J’ai grandi avec, j’aime ses créatures attachantes», souligne ce natif de Lisbonne, installé depuis quatre ans à Saint-Maurice. «En m’y intéressant de plus près, j’ai été fasciné par les coulisses du tournage de Blanche-Neige. Je vais leur consacrer le premier volet de mon documentaire, d’une durée de 45 minutes à 1 heure. Au fil des ans, d’autres épisodes devraient suivre, évoquant d’autres Disney pour former une série.»

Cinq places libres

En gestation depuis plusieurs mois, le projet fera un premier pas concret ce week-end à Saint-Maurice avec le casting  qui désignera huit présentateurs (trices). Une trentaine de personnes seront auditionnées samedi 10 et dimanche 11 mars à l’ancienne douane. Interprétation de texte, face-à-face avec la caméra et le téléprompteur figurent au menu des séances de trente minutes.

«Le casting est ouvert à tous les plus de 20 ans mais à la suite de mon post sur Facebook, il ne reste que cinq places libres dimanche», annonce l’Agaunois, qui dit compter sur des candidats «en provenance de toute la Suisse romande et même d’anciens employés de Disneyland Paris». La prestation ne sera pas rémunérée.

Actif dans le marketing, le Chablaisien d’adoption compte déjà à son actif quelques réalisations vidéos, notamment sur les prides en Suisse ou des défilés de mode. «Je finance mes projets moi-même. Et je fais appel au système D, aux compétences d’amis et de connaissances bénévoles.»

D’ici le tournage prévu fin 2018, six à huit mois de pré-production permettront de cadrer le scénario. «Je vais travailler à partir d’images inédites des studios avant 1937, d’archives et de livres et y ajouter interviews, chants et danses.»

L’Agaunois destine son produit en priorité à une diffusion sur la Toile mais espère aussi le présenter à la famille Disney.
 

par Lise-Marie Terrettaz