Anciens toxicomanes, des pensionnaires des Rives du Rhône vont chanter au Cambodge

Six jeunes des foyers de Sion et Salvan se produiront devant les milieux défavorisés du Cambodge pendant deux semaines, suite à l'impulsion de l'association "Repris de justesse".

12 févr. 2015, 07:00
Les résidents n'ont pas ménagé leur énergie pour donner des concerts de qualité.

Six résidents des foyers Rives du Rhône de Sion et Salvan – qui ont tous  pu échapper à leur toxicomanie depuis leur arrivée dans ces structures – et deux éducateurs, s'envoleront au Cambodge samedi, sous l’impulsion de l’association  «Repris de justesse» à l’origine du projet.


Le groupe chantera au sein des milieux défavorisés du Cambodge, comme la déchetterie, les bidonvilles, les orphelinats,…, pendant deux semaines. "Au départ, davantage de résidents voulaient participer au voyage, mais certains se sont désistés devant les répétitions trop astreignantes", raconte Mouna  Gay-Balmaz, l’une des deux éducatrices prenant part au projet.

Répétitions intensives

Car les participants répètent intensivement depuis sept mois . Exigence requise: savoir les chants par cœur. "Ce n’était pas facile au début, mais maintenant on forme vraiment un groupe uni et solidaire"D'a, souligne Maxime, 23 ans. Certains résidents ont ainsi eu l'occasion de reprendre le jeu d'un instrument qu'ils avaient lâché depuis des années. L'un jouera de la trompette, un autre de la guitare... "L'important pour ces jeunes est de voir qu'ils peuvent mener à bien un projet. C'est très constructif et cela leur donne confiance en eux", remarque Xavier Roduit, le directeur de Rives du Rhône.

 

Découvrez les avis des jeunes participants dans les éditions payantes de jeudi.