Nouvelle année ou année nouvelle? Par Mgr Jean Scarcella

30 déc. 2021, 19:00
/ Màj. le 30 déc. 2021 à 19:00
Mgr Jean Scarcella.

Voici une nouvelle année à notre porte! Le bouchon de champagne va sauter, les feux d’artifice vont éclater, la joie va se partager, les vœux vont s’échanger, la prière va s’intensifier: Te Deum laudamus – A toi, Dieu notre louange! Autant de manifestations diverses voulant, chacune à leur manière, célébrer un passage, celui d’une année qui se termine à une autre qui commence. On pourrait simplement croire à une continuité, et pourtant on se plaît à croire et espérer, à travers toutes ces manifestations, qu’elle créera du nouveau.

Nous n’attendons pas simplement une année nouvelle, nous souhaitons une nouvelle année, c’est-à-dire une année que nous allons construire, certes en prolongement de celle que l’on quitte, mais avec le désir d’un plus, d’un mieux, avec une volonté de renouveau. Non pas pour effacer ce qui a été vécu, mais pour amplifier ce qu’il y aura à vivre. En cela, l’année sera nouvelle parce qu’elle aura un nouveau visage, celui qu’elle n’a pas encore, mais qu’on lui donnera. C’est tout le sens des vœux, des réjouissances et de la prière. Il y a là toute une force intérieure de joie, de bonheur et de vie qui anime l’homme au tréfonds de lui-même pour toujours le pousser plus avant et plus haut malgré les difficultés, les freins, les ralentissements, et Dieu sait si nous en avons connu lors de l’année écoulée.

Je crois qu’une des forces les plus actives que Dieu met dans notre humanité, en venant habiller les cœurs de sa propre chair, c’est bien celle de l’espoir. L’homme est fait pour grandir, pour penser, pour construire, pour aimer; immanquablement et malgré tout il ira de l’avant, il souhaitera dépasser des réalités troublantes comme celle de la pandémie avec laquelle nous cohabitons depuis tant de mois, celle du malheur qui s’abat dans les pays en guerre, celle de la peur qui souffre du terrorisme, celle de l’horreur qui même afflige l’Eglise. Cette force qui donne espoir est celle de l’amour, et aucun homme n’en est fondamentalement privé; l’amour sera présent à la nouveauté de la vie si on accepte de lui donner sa place, c’est-à-dire en nous mettant à sa suite, en désirant le positionner en avant de nous-mêmes, en recevant de lui l’exemple de Celui qui fait toutes choses nouvelles, et qui accomplit des merveilles aujourd’hui!

Cet extrait d’une hymne de la prière de l’Eglise nous permet de méditer sur cette force de renouveau qui implique l’homme et son semblable dans la rencontre, le respect, l’ouverture. En attente de renouveau, l’année à venir est toute innocence et attend notre totale connivence.

A tous belle et heureuse année nouvelle!