Le directeur de ZM jugé pour dumping salarial à Martigny

Des ouvriers slovènes sous-payés travaillaient sur le chantier CFF de Massongex de l’entreprise aiglonne Zwahlen & Mayr. Son directeur risque l'amende maximale.
07 oct. 2016, 16:38
/ Màj. le 07 oct. 2016 à 17:00
En février dernier, le syndicat Unia avait mené une action coup de poing sur le chantier du pont CFF sur le Rhône pour dénoncer un dumping salarial.

Le directeur de l’entreprise de constructions métalliques aiglonne Zwahlen et Mayr (ZM) était jugé vendredi matin par le Tribunal de Martigny pour ne pas avoir contrôlé les fiches de salaires de 24 ouvriers d’entreprises slovènes qui travaillaient en sous-traitance sur le chantier du pont CFF de Massongex. Il risque une amende de 5000 francs.

En février dernier, l’affaire avait fait grand bruit, le syndicat Unia ayant bloqué le chantier pour dénoncer ce cas de dumping salarial. Les travailleurs disaient percevoir des salaires  entre 11 et 13 € de l’heure, ce qui est très loin du salaire minimum de 24 francs. 

C’est pour continuer le travail que ZM, sous la pression syndicale, avait finalement accepté en février de verser 110'000 francs aux travailleurs slovènes. 

Condamné deux mois après les faits par le service valaisan de la protection des travailleurs à une amende de 5000 francs, soit la sanction maximale prévue par la loi, le directeur juge ce montant disproportionné et a fait appel.

Vendredi, devant le Tribunal de Martigny, s’il a admis du bout des lèvres «une faute commise par ZM et moi-même» et un dumping à hauteur de 17% par rapport au salaire minimum ayant cours en Suisse, il a surtout cherché à minimiser l’ampleur du dumping et sa responsabilité : «nous n'avions pas à contrôler les salaires, le contrat étant forfaitaire.»

Cette affaire met en lumière des insuffisances dans les contrôles des entreprises étrangères venant travailler en Suisse. Depuis, Unia Valais a exigé de meilleurs instruments pour lutter contre le dumping salarial.

Le verdict sera connu la semaine prochaine.

Retrouvez l'intégralité de cet article dans nos éditions papier et numériques de samedi.

 

 

par Gilles Berreau