Réservé aux abonnés

Faut-il risquer de tout perdre au nom de son oeuvre?

La Compagnie du Dé joue "L'éloignement" à Evionnaz dès ce vendredi. Une pièce sur l'enfermement dû à la création.
10 oct. 2013, 00:01
data_art_1871452.jpg

La saison est à peine lancée du côté d'Evionnaz que la compagnie du Dé présente déjà sa création annuelle: elle joue "L'éloignement", de Loleh Bellon, dès vendredi. L'histoire de Charles, un auteur dramatique qui a écrit une pièce et qui attend, anxieux, la sentence de la critique. Charles est indifférent à tout ce qui ne touche pas de près ou de loin à son oeuvre. C'est ainsi que peu à peu il crée le vide autour de lui et provoque l'éloignement de sa femme, sa fille, de tous ceux qui l'entourent.

Création et quotidien

L'auteure pose la question inhérente à toute création artistique: jusqu'à...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois