Monthey: sursis concordataire pour Casino-Magro

Le Tribunal de Monthey a accordé un sursis concordataire provisoire de deux mois au groupe Casino-Magro. Le syndicat Unia place beaucoup d'espoir dans cette bouffée d'oxygène qui devrait permettre de trouver des solutions avec les créanciers.

22 févr. 2013, 10:17
L'entree du centre commercial Hyper Casino (Ex Magro ), photographie le 18 mai 2005 a Uvrier en Valais. Le geant francais de la distribution Casino s'installe sur une bonne partie de la Romandie. Pour cela, il profite du reseau Magro qui correspond a la structure du sien en France voisine. (KEYSTONE/Olivier Maire)

"Deux mois, c'est peu, mais nous avons confiance en la direction qui semble faire son possible pour trouver des solutions afin d'assurer la pérénité du groupe et, partant, les places de travail des quelques 350 employés." 
Francine Zufferey-Molina, responsable de la CCT Casino Magro pour Unia veut y croire. "Les fournisseurs de Casino-Magro ont eux aussi intérêt à trouver des solutions et à se montrer patients. En effet, la perte d'un client de cette importance aurait indubitablement un impact négatif sur leurs propres chiffres d’affaires et pourrait les conduire, à leur tour vers de sérieuses difficultés."

Les dommages collatéraux pourraient être importants si l'enseigne ne parvenait pas à rétablir sa situation.
"Le groupe Casino Magro est souvent le commerce phare des centres commerciaux -comme à Uvrier-, s'il devait fermer ses portes, les autres enseignes pourraient péricliter, ne serait-ce qu'à cause du poids des charges de fonctionnement sans compter la perte de clientèle pour ces autres échoppes qu’induirait une disparition de Casino Magro."

Comme Unia l'a fait remarquer dans son communiqué, pendant cette période, en collaboration étroite avec la direction du groupe,  les commissaires  au sursis  provisoire devront déposer un rapport décrivant l'état financier de la société et examiner les perspectives du concordat-dividende proposé.