Réservé aux abonnés

Sécurité sur les pistes: les patrouilleurs sous pression? Président des Remontées mécaniques du Valais, Berno Stoffel répond

Berno Stoffel réagit aux propos tenus dans «Le Nouvelliste» par le président de l’Association romande et tessinoise des chefs de sécurité et patrouilleurs Thierry Meyer. Le patron des Remontées mécaniques du Valais conteste la pression mise sur les patrouilleurs par les sociétés et ouvre le dialogue.
15 janv. 2019, 17:06
Président des Remontées mécaniques du Valais et directeur général de la société d'exploitation touristique de Grächen, Berno Stoffel conteste les propos tenus dans «Le Nouvelliste» par le président des patrouilleurs romands Thierry Meyer.

Ce sont des propos forts que ceux tenus lundi par le président de l’Association romande et tessinoise des chefs de sécurité et patrouilleurs. Quelques heures après un drame qui a coûté la vie à un jeune patrouilleur occupé à des opérations de minage à Champoussin, Thierry Meyer pointait du doigt dans «Le Nouvelliste» «la pression des sociétés de remontées mécaniques, qui veulent pouvoir ouvrir les domaines skiables».

A lire aussi : Drame d...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois