Retraite de Didier Défago: le Valaisan en dix dates

Didier Défago va disputer mercredi et jeudi les deux dernières courses de sa carrière en Coupe du monde à Méribel. Revenons sur les 10 dates importantes du Valaisan.

17 mars 2015, 10:13
Didier Defago of Switzerland poses for a photographer during a press visit of the Mountain Cluster Olympic Village at the XXII Winter Olympics 2014 in Sochi in Krasnaya Polyana, Russia, on Thursday, February 6th 2014. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

A 37 ans, dont 19 passés au plus haut niveau, Didier Défago va disputer mercredi et jeudi les deux dernières courses de sa carrière en Coupe du monde à l'occasion des finales de Méribel. L'occasion de revenir en dix dates sur les moments-clés de la carrière du Valaisan.

7 mars 1996. Champion du monde juniors du super-G quelques jours plus tôt, Didier Défago a le droit de prendre part aux finales de la Coupe du monde de Kvitfjell. Pour ses grands débuts sur le circuit, il se classe 15e et avant-dernier, à 3''70 du vainqueur, le Norvégien Kjetil André Aamodt.

20 décembre 2002. Le Valaisan remporte sa première victoire en Coupe du monde en super-G à Val-Gardena. Son succès est toutefois terni par l'accident de son petit frère Daniel, victime le même jour d'une grave blessure au genou à Zermatt. Lui aussi champion du monde chez les juniors, le cadet des Défago devra mettre fin prématurément à sa carrière à la suite de cette blessure.

11 décembre 2005. Didier Défago croit tenir son deuxième succès. Déclaré vainqueur du super-combiné de Val d'Isère, il se fait finalement disqualifier en raison d'une fixation trop haute de quelques millimètres. Son recours devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) ne servira à rien.

13 mars 2008. Après les millimètres, ce sont les millièmes qui ne jouent pas en faveur du Valaisan. En super-G à Bormio, il échoue à 0''01 de la victoire. Un succès qui continue de fuir le skieur de Morgins, souvent bien placé mais jamais tout devant.

24 janvier 2009. La patience de Didier Défago est enfin récompensée. Et plutôt deux fois qu'une ! Victorieux le 17 janvier en descente à Wengen, il remet ça une semaine plus tard à Kitzbühel, réussissant un rare doublé sur les deux pistes les plus mythiques du circuit.

15 février 2010. Alors que tout le Cirque blanc attend le couronnement de Didier Cuche, c'est Défago qui s'offre la médaille d'or en descente aux Jeux olympiques de Vancouver. Ce titre est d'autant plus inattendu que le Valaisan avait dû se soumettre à une sélection interne dans l'équipe de Suisse, n'obtenant son billet que lors du dernier entraînement.

15 septembre 2010. Didier Défago est victime de la première grosse blessure de sa carrière, lorsqu'il se déchire le ligament croisé du genou gauche à l'entraînement à Zermatt. Son hiver 2010/2011 se termine avant même d'avoir commencé.

29 décembre 2011. De retour depuis peu sur le circuit, le skieur de Morgins ne tarde pas à retrouver ses marques. Et à la surprise générale, il remporte la descente de Bormio.

26 janvier 2014. Le Valaisan renoue avec la victoire à Kitzbühel, mais cette fois-ci en super-G. Un succès typiquement "à la Défago", décroché alors que plus grand monde ne l'attendait si bien classé.

5 février 2015. Didier Défago s'attaque au dernier grand objectif de sa carrière aux championnats du monde de Beaver Creek. Et il n'est pas loin de réussir un ultime coup d'éclat, lui qui termine au 7e rang du super-G à seulement 15 centièmes du podium.