Méribel: Didier Défago sur le podium pour la dernière descente de sa carrière!

Lors des finales de la Coupe du monde à Méribel (Fr), Didier Défago est monté sur la deuxième marche du podium en descente!

18 mars 2015, 14:03
Didier Defago of Switzerland reacts in the finish area during the men's Downhill race of the FIS Alpine Skiing World Cup Finals, in Meribel, France, Wednesday, March 18, 2015. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Fin de carrière en apothéose pour Didier Défago! A la veille de prendre sa retraite sportive, le Valaisan est monté sur le podium (2e place) en descente à Méribel (Fr), théâtre des finales de la Coupe du monde.

Parti avec le dossard no 1, le vétéran de 37 ans a signé un chrono de référence que seul Kjetil Jansrud est parvenu à battre. Le Norvégien s'est imposé avec 24 centièmes d'avance, s'adjugeant au passage le globe de descente.

C'est la 16e fois que Didier Défago monte sur un podium en Coupe du monde. Et comme lors de ses précédents top 3, il y est parvenu alors que plus grand monde ne l'attendait si bien classé. Il faut en effet souligner que le skieur de Morgins n'avait encore jamais fait mieux qu'une 7e place lors de cette saison d'adieu...

Il serait toutefois exagéré de parler d'une énorme surprise, étant donné que Didier Défago avait profité d'une préparation idéale sur cette nouvelle piste de Méribel. Invité par les Français, il avait pu se familiariser la semaine dernière avec ce tracé, tandis que ses rivaux ne l'avaient découvert que mardi à l'entraînement. Autre avantage non négligeable, le Valaisan avait hérité du dossard no 1 lors du tirage au sort, ce qui constitue un atout certain lorsque la température est clémente, comme c'est le cas actuellement en Savoie.

Pour que ses adieux au Cirque blanc soient encore plus beaux, Défago essaiera de remettre ça jeudi en super-G pour son 402 et ultime départ en Coupe du monde.

Dans la lutte pour le globe de descente, Kjetil Jansrud s'est adjugé le trophée avec panache. Leader depuis le début de saison, mais menacé depuis quelques courses par Hannes Reichelt, il a finalement raflé la mise avec 94 points d'avance sur l'Autrichien (10e mercredi) à l'issue de cette 10e et ultime descente de l'hiver.

Il s'agit du deuxième globe de la saison pour Kjetil Jansrud, déjà assuré de remporter celui du super-G. Le Norvégien a ainsi réussi le même doublé en vitesse que son compatriote Aksel Lund Svindal, no 1 mondial dans ces deux disciplines en 2013 et 2014, mais absent cette saison pour blessure.

Avec les 100 points de la victoire, Kjetil Jansrud est aussi revenu à 64 points de Marcel Hirscher au classement général. De quoi relancer le suspense pour cette fin de semaine à Méribel.

TROIS QUESTIONS à Didier Défago

Didier Défago, quel plaisir de conclure votre dernière semaine de compétition avec un podium en descente.

C’est clair, je ne peux être plus heureux. C’est plein d’émotions, de sensations qui remontent. Je souhaitais vivre pleinement ce jour, ces deux dernières minutes de course en descente. Avec ce dossard numéro un, je voulais non seulement profiter, mais également me surpasser et c’est ce que j’ai réussi à faire.

Vous semblez avoir réalisé la manche la plus complète de votre saison?

Je le pense aussi. J’avais tourné autour des podiums durant toute la saison. Aujourd’hui, j’ai réussi à conduire mes skis sans trop en rajouter. Les sensations étaient déjà présentes dès les premiers entraînements. Finalement, je ne suis battu que par le meilleur descendeur de la saison (ndlr: Kjetil Jansrud). C’est donc une fierté de se retrouver juste à ses côtés sur ce podium.

Alors que nombreux sont les athlètes qui se relâchent après avoir annoncé la fin de leur carrière, de votre côté vous avez continué à vous accrocher et donner le meilleur de vous jusqu’au bout.

Je n’ai pas la philosophie de m’impliquer qu’à 80%. Soit on fait les choses à fond, soit on les fait en décontraction. Mais skier décontracté est le meilleur moyen de faire des erreurs.