Réservé aux abonnés

Des inquiétudes frontalières

Le Chablais est sur ses gardes.

15 juil. 2011, 05:02

"Mes soucis sont liés aux frontaliers qui représentent 80% de ma clientèle." Gérant d'une station-service à Saint-Gingolph, Patrick Joye scrute chaque matin avec attention les cours des devises. "Si l'économie de toute la Suisse pâtit du franc fort, nous sommes ici aux premières loges. J'ai envisagé le long terme: pour l'été, ça devrait aller grâce aux touristes. Mais si l'Euro ne remonte pas d'ici à l'hiver, on va sentir un sacré coup." Et d'évoquer les éléments essentiels de son fonds de commerce.

L'hypothèse du scénario catastrophe

"Fin juin, je redoutais un scénario où le prix de l'essence...