Raffinerie de Collombey: le Valais va décréter une "lex Tamoil"

Le Grand Conseil valaisan va accepter une modification de la loi sur les constructions afin d'éviter une jachère industrielle potentiellement dangereuse.
08 sept. 2015, 17:04
Les syndicats Unia et Chretien empechent les camions d'entrer pour s'approvisionner et les trains de sortir de la gare de chargement, ce vendredi 13 fevrier 2015 a Aigle. Le groupe petrolier Tamoil veut interrompre les activites de sa raffinerie de Collombey et a decide de vendre l'ensemble de son site dans le Chablais, 272 personnes sont menacees de liecenciement. (KEYSTONE/Maxime Schmid)

Le Valais veut éviter que le site de la raffinerie de Collombey ne finisse comme celui de Crémone (I). Le Grand Conseil acceptera cette semaine une modification de la loi sur les constructions, demandée en avril par une motion urgente.

L'entrée en matière n'a pas soulevé la moindre opposition mardi au Parlement. Tous les groupes ont estimé qu'il fallait se doter de moyens légaux d'intervenir pour éviter une jachère industrielle potentiellement dangereuse.

Le décret proposé par le gouvernement permet à l'autorité d'ordonner une remise en état d'un site qui n'est plus exploité. Une garantie pourra être exigée pour couvrir les frais de démolition de constructions non utilisées.

Cette base légale manquait, a déclaré le président du gouvernement Jacques Melly. Le décret permet de combler ce vide juridique en attendant une révision totale de la loi sur les constructions. Le débat de détail a lieu vendredi, mais les groupes n'ont pas laissé planer de doute quant à leur position.