Réservé aux abonnés

Premiers dommages collatéraux

L'arrêt de la raffinerie signifierait des pertes financières et des licenciements chez les sous-traitants.

22 janv. 2015, 00:01
data_art_2872239.jpg

Difficile d'estimer les effets d'une mise en veille de la raffinerie de Collombey-le-Grand sur ses sous-traitants. Parmi la dizaine d'entreprises contactées, certaines tendances se dessinent cependant. "Si c'était le site chimique de Monthey qui fermait, l'impact serait dix fois supérieur", constate Pascal Giroud, directeur de Valtube SA. "En ce qui nous concerne, nous ne travaillons que de manière ponctuelle avec Tamoil. En moyenne, ces dernières années, cela a représenté 10% de notre chiffre d'affaires." Chez Pechigaz, on parle également de volumes très fluctuants (500 000 francs en 2013...