Bus au lieu du train: 14 lignes de Romandie concernées

Au vu de la levée de boucliers, le Conseil fédéral a revu à la baisse son projet de remplacer plus de la moitié des lignes ferroviaires régionales par des bus.

29 mai 2013, 14:45
A train leaves the train station of Renens in the canton of Vaud, Switzerland, pictured on October 28, 2010. (KEYSTONE/Gaetan Bally)

Ein Zug verlaesst den Bahnhof von Renens, Kanton Waadt, aufgenommen am 28. Oktober 2010. (KEYSTONE/Gaetan Bally)
Au vu de la levée de boucliers, le Conseil fédéral a revu à la baisse son projet de remplacer plus de la moitié des lignes ferroviaires régionales par des bus. 
 
L'option de remplacement de lignes de train par des bus ne sera envisagée que pour les lignes qui couvrent moins de 30% de leurs frais. Dix-sept liaisons sont concernées, dont quatorze en Suisse romande.
 
Initialement, le gouvernement avait prévu de réexaminer le sort de toutes les lignes régionales dont la couverture des frais est inférieure à 50%. Environ 175 trains régionaux sur 300 étaient potentiellement menacés d'être remplacés par des bus.
 
Face aux innombrables critiques, le Conseil fédéral a fait marche arrière. La question d'un transfert vers le bus ne se pose que pour les lignes régionales dont la couverture est inférieure à 30%. L'examen ne se fera qu'avant l'achat de nouveau matériel roulant et seulement si le bus est une solution de rechange "efficace et favorable au client". Aucun automatisme n'est prévu.
 
La Suisse romande est cependant dans le collimateur, puisqu'elle abrite la plupart des lignes en sous-couverture. L'épée de Damoclès est suspendue au-dessus des tronçons: Le Locle-Col-des-Roches-La Chaux-de-Fonds (NE); Aigle-Les Diablerets (VD); Aigle-Ollon-Monthey–Champéry (VD,VS); Apples - L’Isle (VD); Sonceboz–Moutier (BE); Bulle-Broc (FR) et Bulle-Montbovon (FR).
 
En ligne de mire également: Le Noirmont-Tavannes (JU,BE); Les Ponts-de-Martel-La Chaux-de-Fonds (NE); Martigny-Le Châtelard (VS); Morges-Apples-Bière (VD); Porrentruy-Bonfol (JU), Vallorbe-Le Pont (VD) et Soleure-Moutier (BE). Trois autres liaisons se trouvent en Suisse alémanique.
 
Le réexamen, qui aura lieu tous les dix ans, tiendra compte non seulement de la rentabilité mais aussi du taux d'utilisation de la ligne aux heures de pointe. L'incidence d'un éventuel transfert sur la qualité de la desserte sera aussi mis dans la balance.
 
Le transport régional des voyageurs est subventionné par la Confédération à raison de 870 millions de francs. Pour le Conseil fédéral, le réexamen rail/bus va dans l'intérêt d'un développement durable des transports publics, de la politique financière et des contribuables.
 
Lignes européennes
 
Dans la foulée, le Conseil fédéral a modifié d'autres ordonnances destinée à la mise en oeuvre de la 2e partie de la réforme des chemins de fer. La Suisse reprend des éléments importants des directives sur l’interopérabilité et sur la sécurité ferroviaire de l’Union européenne. Le trafic ferroviaire transfrontalier en sera simplifié.
 
Les nouvelles dispositions seront mises en oeuvre uniquement sur les tronçons ferroviaires qui relient entre eux les terminus du réseau transeuropéen (TEN) aux frontières suisses. En outre, les adaptations n’auront lieu que dans le cadre de rénovations et d’extensions à réaliser de toute façon, comme la hauteur des quais.
 
Pour la majeure partie du reste du réseau à voie normale, seules les prescriptions indispensables à la circulation des véhicules homologués seront modifiées. Les chemins de fer à voie étroite et les chemins de fer à crémaillère à voie normale ne sont pas concernés par les innovations.