Le croque-mort Antoine Rithner écrit des poèmes sur les défunts

Le croque-mort de Monthey raconte celle des défunts à travers des milliers de poèmes.

21 août 2012, 17:30
Antoine Rithner écrit ses poèmes le plus souvent dans son bureau de Monthey

Un soir de 1994, le croque-mort de Monthey, de retour d’un énième foyer endeuillé, n’a plus pu se contenter de rédiger un simple faire-part pour le Nouvelliste. Le regard d’un petit enfant orphelin reste insupportable, même après des décennies au service des pompes funèbres.  Alors, Antoine Rithner, qui côtoie quotidiennement la mort depuis 1966, a pris sa plume. Et il s’est mis à raconter en quatre lignes un fait saillant, triste ou joyeux, de l’existence des défunts. Ou parfois la douleur de ceux qui restent. Résultat dix-huit ans plus tard : deux mille poèmes publiés.

A découvrir dans l'édition papier du Nouvelliste du mercredi 22 août.