Le Conseil général de Monthey valide le Règlement sur les déchets. L’Alternative, elle, réfléchit…

Sans surprise, le Législatif de la ville de Monthey a voté en faveur de la nouvelle mouture du Règlement communal sur les déchets. Minorisée sur la question, l’Alternative pourrait lancer un nouveau référendum. Réponse mercredi.

10 sept. 2018, 22:00
Si aucun référendum n'est lancé, Monthey aura un Règlement sur les déchets valable dès le 1er janvier 2019.

«Nous en discuterons mercredi et prendrons ensuite une décision. Certitude : la Municipalité a peur de demander son avis au peuple !» L’Alternative pour Monthey a perdu une importante bataille, en ce lundi soir devant le Conseil général (CG). En a-t-elle pour autant abdiqué dans sa volonté de faire une nouvelle fois capoter le futur Règlement communal sur les déchets ? Pas certain du tout.

Comme on pouvait s’y attendre, les membres de l’Entente et de l’UDC ont été les seuls à s’opposer à un nouveau texte. Une mouture soutenue par l’ensemble des élus du PLR, PDC et de la gauche. Au vote, deux membres de l’APM ont voté contre et huit se sont abstenus. Quarante-deux conseillers ont soutenu les articles proposés, pour certains toilettés. Avec ce oui massif, une seconde lecture ne sera pas nécessaire.

Trouver 1953 paraphes

Comme il y a un an, l’APM a voulu que le CG accepte un référendum facultatif. L’option a été balayée par le plénum (40 non, 11 oui, 1 abstention). Reste donc à savoir si l’APM a décidé si elle part ou non à la recherche de 1953 signatures valables dans les soixante jours afin que la population vote sur la question. Le 26 novembre 2017, celle-ci s’était exprimée contre le texte de l’époque à 68,9%. «Un référendum pourrait être lancé par notre mouvement, une poignée de citoyens et en collaboration ou non avec une association de consommateurs (ndlr : tel Alposophia, l’an dernier). Pour l’heure, tout est ouvert», martèle-t-on du côté de l’APM.

Les griefs de l’APM sont toujours les mêmes : un prix du sac trop cher, une possibilité de thésaurisation qui ne doit pas atteindre trois ans. Enfin une benne plastique doit être mise à la disposition des citoyens.

 

A lire aussi : Taxe au sac: cinq pistes pour sortir de l’impasse à Monthey

 

A lire aussi : Monthey dit non à la taxe au sac