L'Hôpital Riviera-Chablais répond aux attaques

Dans la foulée de dépôt d'une résolution d'une centaine de collaborateurs de l'Hôpital Riviera-Chablais, la direction a tenté cet après-midi de répondre aux critiques. Selon elle, la rapidité des changements liés à la fusion des hôpitaux est une nécessité. Même si elle est mal vécue par une partie du personnel.

16 févr. 2015, 15:22
Le site d'Aigle de l'Hôpital Riviera-Chablais

Directeur général de l’Hôpital Riviera-Chablais, Pascal Rubin estime que les problèmes soulevés par le personnel de l’Hôpital du Chablais – mode de fonctionnement imposés de manière abrupte, sans réelle consultation du personnel – sont dus avant tout à la nécessité d’introduire des changements liés à la fusion des établissements de la Riviera et du Chablais. «Or, ils ont pour objectif de mettre les 2000 collaborateurs sur pied d’égalité, d’adapter le fonctionnement de l’hôpital à un environnement en constante évolution et de préparer l’ouverture du site unique de Rennaz en 2018.»

Si le directeur estime que ces changements sont peut-être allés «un peu vite au goût de certains», ils n’auraient pas pu être repoussés dans le temps. «Le déménagement à Rennaz sera un exercice de grande envergure. Tout ce qui peut être réglé avant doit l’être.»

Une rencontre entre les syndicats, les représentants du personnel et la direction est prévue jeudi en fin d'après-midi.