Illarsaz: agriculteur en colère à cause des gitans

Les négociations entre les gens du voyage, la police cantonale et l'agriculteur qui menaçait de puriner le champ ont abouti sur un accord. Les gitans resteront jusqu'à dimanche midi.

24 juil. 2012, 14:38
Des gens du voyage campent sur le terrain que Simon Turin exploite.

Les gitans pourront rester sur le terrain privé entre Muraz et Illarsaz. Après deux bonnes heures de négociations entre la police cantonale, le chef des gitans et l'agriculteur en colère Simon Turin, les diverses parties sont parvenues à un accord.

Indemnités à verser

Les gitans peuvent en effet rester jusqu'à dimanche midi et doivent verser une indemnité à l'exploitant du terrain. Jean-Marie Bornet, chef information et prévention à la Police cantonale, assure que les agents maintiendront une surveillance active.

Echange de menaces

"Je ne vais pas laisser passer ça!" A deux pas de la route cantonale entre Muraz et Illarsaz, Simon Turin était à bout ce mardi matin. Si bien qu'il menaçait d'agir directement en purinant le champ. "La police ne fait rien! Je les ai eu au téléphone plusieurs fois par jour depuis dimanche! S'ils n'agissent pas, j'irai puriner le champ. C'est le seul moyen de faire partir ces gitans". En guise de réponse, les gens du voyage l'ont menacé de mort et assuré que s'il mettait un pied sur le terrain, ils raseraient le village et brûleraient les fermes avoisinantes.