Chablais: deux gitans appréhendés

Un employé d'une ferblanterie de Monthey a été escroqué, mardi après-midi, par deux gitans actuellement présents dans la région. Ils ont été appréhendés par la police.

27 juil. 2012, 15:09
photo_____

La présence de gitans à Collombey-Muraz continue de faire des vagues bien que leur départ soit fixé à dimanche midi. Sauf improbable revirement de situation ou infraction majeure, la Police cantonale valaisanne n’ira pas déloger ces gens du voyage. Reste que le Haut-Lac bénéficie d’un renfort sécuritaire réel depuis le milieu de la semaine avec une concentration de patrouilles supérieure à l’accoutumée.

Les forces de l’ordre restent attentives à tous les moindres faits et gestes de ces invités bien peu désirés. Ainsi, l’on a appris vendredi qu’un employé d’une ferblanterie de Monthey a été escroqué, mardi après-midi, par deux individus actuellement présents dans la région. Un gitan s’est présenté dans l’entreprise afin de pouvoir aiguiser des couteaux. Son travail n’ayant pas donné satisfaction, le gitan est reparti avec les outils en question, soit dix-huit cisailles et vingt mèches. Au moment de ramener la marchandise, la personne, accompagnée d’un second individu a demandé, sous la contrainte, 1'200 francs pour le travail effectué alors qu’aucune somme n’avait préalablement été articulée. Afin de se dépêtrer de la situation, l’infortuné a finalement consenti à lâcher un quart du montant contre la restitution de ses biens. La police a ensuite appréhendé les deux hommes et la situation s’est finalement réglée à l’amiable, soit sans plainte pénale et donc sans suite judiciaire.

Appel au nettoyage

La présence de cet important groupe agite également les réseaux sociaux. Un nombre incalculable de messages circulent sur la toile. Parmi ceux-ci, l’appel d’un citoyen désireux de s’inviter au fameux mariage. «Allons tester leur capacité d’accueil». Bien que soutenue par une trentaine d’internautes, la proposition a finalement été annulée. «Par mon geste, je voulais attirer l’attention des médias et des autorités», souligne-t-il sur Facebook. «Mon but n'a jamais été d’aller provoquer les gens du voyage. Nous n’avons pas les moyens de changer leurs habitudes mais nos lois, oui.»

Un autre appel a été lancé sur le net. Celui-ci consiste à se rendre sur place dimanche dès 13 heures afin de nettoyer le champ, propriété de Simon Turin. Plusieurs dizaines de personnes (au moins soixante) ont déjà promis leur présence. «Si je salue cette solidarité citoyenne, je rappelle que les gens du voyage sont censés rendre la place propre», conclut Jean-Marie Bornet, le chef information et prévention de la police cantonale valaisanne.