«Ce que j’aime à Epinassey, c’est…»

Nicole Rappaz a passé la moitié de sa vie dans cette localité proche de Saint-Maurice. Un havre de paix en pleine nature dont elle apprécie la tranquillité.

16 juin 2020, 15:30
Nicole Rappaz aime la chapelle d'Epinassey, où ses trois enfants ont été baptisés.

Certains auraient tendance à penser qu’Epinassey n’est rien d’autre qu’un gros quartier un peu excentré de Saint-Maurice. Mais les 1000 habitants qui y vivent apprécient la tranquillité de ce village, où quelques «pépites» sauront éveiller l’intérêt des curieux. Native du chef-lieu, où elle préside depuis près de dix ans l’association Littera-Découverte, Nicole Rappaz a appris à aimer l’âme de cette localité où elle a déménagé il y a un quart de siècle, après son mariage.

Qu’est-ce qui fait le charme de votre village?

La tranquillité, l’espace, la vue sur la Dent de Morcles. Situé en pleine nature, Epinassey se trouve en même temps à proximité de Saint-Maurice, où l’on peut bénéficier de tous les services. Par exemple en termes de scolarité puisque la ville abrite notamment le collège et la HEP. Par ailleurs, l’entrée d’autoroute est à deux pas.

Il y a aussi les habitants: on se connaît assez bien d’un quartier à l’autre et plusieurs jeunes dont les parents vivent ici s’y sont installés et s’y plaisent aussi. On y est bien.

Une curiosité ou un endroit que vous aimez faire découvrir?

La chapelle, la première en Valais à avoir été dédiée à sainte Thérèse de l’enfant Jésus. Construite dans les années 20 et rénovée dans les années 70, elle est vraiment jolie. On y célèbre la messe une fois pas mois le dimanche et tous les mardis, sans doute grâce à la présence au village de la fraternité Eucharistein.

 

 

Le bistrot dans lequel vous vous rendez à l’heure de l’apéritif?

A l’époque, on aimait aller à la Cantine, mais elle est fermée aujourd’hui. Je fréquente de temps en temps la buvette du camping. La bourgeoisie l’a rénovée de manière très chouette et on peut s’y rendre à pied ou à vélo depuis la maison. L’ambiance est très sympa et on y mange bien.

Un lieu où vous appréciez de vous ressourcer?

Le Bois-Noir. Je vais cueillir le muguet dans cette pinède le 1er mai. On est vite coupé du monde dans ce vaste espace naturel, qui a été bien mis en valeur dans le cadre du Concept Bois-Noir. Un sentier didactique a été créé et, pour ceux qui apprécient de faire de l’exercice, les trois parcours mesurés et le parcours Vita ont été rénovés. On y trouve aussi un couvert, très fréquenté.
 

A lire aussi: Dix ans après, le Bois-Noir rendu à la biodiversité
 

La manifestation qui vous plaît?

Il n’y en a malheureusement plus au village. Durant le carnaval, la guggen vient assurer l’animation un moment le samedi, mais si on veut vraiment faire «carna» ou profiter d’autres événements, on va à Saint-Maurice. Les Epinachards y descendent souvent. On peut même rentrer à pied!

Ce que vous aimeriez voir évoluer ou aboutir?

J’aimerais une liaison en transports publics plus régulière avec Saint-Maurice. En dehors de la prise en charge des écoliers, Epinassey n’est desservi que deux fois par jour par le bus postal qui descend de Mex. C’est compliqué pour les personnes âgées, pour ceux qui n’ont pas de voiture ou qui voudraient la laisser au garage dans un souci d’écologie.

 

Vous voulez partager l’amour de votre ville ou de votre village?
Contactez notre rédaction Près de Chez Vous par courriel à pcv@lenouvelliste.ch